Hashimoto et fibromyalgie : comment soulager le système limbique ?

Si cet article est utile, aidez votre famille, vos amis, vos collègues et partagez-le!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

hashimoto fibromyalgie systeme limbique

Cet article est une traduction et adaptation(*) du podcast Limbic System Retraining with Ashok Gupta du Dr. Hedberg, spécialiste de Hashimoto et des maladies auto-immunes de la thyroïde. Je le remercie de m’avoir autorisée à produire cette interview d’Ashok Gupta sur la rééducation du système limbique des patients atteints de fibromyalgie.

Cette interview et la méthode Gupta traitent également de nombreuses pathologies fréquemment à l’origine de Hashimoto : prolifération bactérienne et problèmes de digestions divers, infections (lyme…), fatigue surrénale, etc… d’où mon grand intérêt pour cette recherche. Je vous en souhaite bonne lecture !

Ashok Gupta, chercheur en neurologie

Dans cet épisode de Functional Medicine Research, j’interviewe Ashok Gupta au sujet de son programme de rééducation du système limbique.

Les traumatismes de toute nature peuvent modifier le cerveau et le système nerveux de manière à empêcher une personne de se rétablir. De nombreuses personnes ne se rétablissent jamais parce qu’elles ne traitent pas le traumatisme sous-jacent qui a déclenché ou contribué à leurs problèmes de santé.
Si vous avez essayé de bien manger, de faire de l’exercice, de bien dormir, de prendre les meilleurs suppléments et de gérer votre stress, mais que vous ne vous sentez toujours pas bien, votre cerveau et votre système nerveux sont peut-être déséquilibrés. Le programme Gupta est conçu pour modifier la neuroplasticité de votre cerveau et de votre système nerveux afin que vous puissiez guérir et vous sentir bien à nouveau.

Nous discutons d’un nouveau et passionnant article publié qui valide cette méthode de rééducation du système limbique [1].

Dr. Hedberg: […] Je suis le Dr Hedberg et je suis très heureux aujourd’hui de parler à Ashok Gupta de la ré-éducation du système limbique. Ashok est un conférencier, cinéaste et professionnel de la santé de renommée internationale qui a consacré sa vie à soutenir les personnes atteintes de maladies chroniques et leur permettre de réaliser leur potentiel. Ashok souffrait d’encéphalomyélite myalgique ou de syndrome de fatigue chronique il y a environ 25 ans alors qu’il étudiait à l’Université de Cambridge. Grâce aux recherches neurologiques qu’il a menées, il a réussi à en guérir à 100%. Il a ensuite mis en place une clinique pour soigner d’autres personnes, puis a publié le programme de rétablissement bien connu connu sous le nom de «Programme Gupta» en 2007. Il a publié plusieurs articles médicaux et recherche continuellement sur ces pathologies. Vous pouvez trouver plus d’informations sur guptaprogram.com. Ashok, merci d’être venu pour cette interview.
Ashok: Merci beaucoup de m’avoir invité. Très excité d’être ici.

Le système limbique

Dr Hedberg: Le système limbique est quelque chose qui m’intéresse depuis que j’ai commencé à pratiquer il y a 17 ans, et vous savez, j’ai une grande diversité de recommandations que je donne aux patients pour cela. Vous savez, des choses comme la méditation, l’entraînement à la pleine conscience, la thérapie ou juste un certain nombre de petites choses, mais votre programme intensif en particulier sur le système limbique, j’en ai entendu parler récemment et je me suis beaucoup intéressé à lui. Et pourquoi ne pas commencer par parler uniquement du système limbique lui-même? Pouvez-vous donner aux gens un aperçu de ce que fait le système limbique et pourquoi il est important?

Ashok: Oui. Ainsi, il existe de nombreuses manières différentes de décrire le système limbique. Principalement, si nous partons de l’idée qu’il s’agit d’un système défensif pour assurer la survie, la plupart des gens associeraient le système limbique à nos réponses émotionnelles. Et la médecine sépare souvent les réponses de type psychologique et émotionnelles des réponses de défense comme s’il s’agissait de quelque chose de différent, vous savez, les réponses de défense physiologiques par rapport aux réponses de défense émotionnelle. Mais je vois le système limbique comme les systèmes de survie automatiques dont nous avons hérité au fil des générations d’animaux différents et tout ce qui crée réellement des réponses qui assurent la survie. Et donc, une réponse de combat ou de fuite, une réponse de peur, une réponse de colère, un souvenir d’une expérience antérieure, toutes ces choses sont conçues pour assurer la survie. Donc, c’est pour moi le principal objectif ou motivation de ce système limbique.

Et dans ce système limbique, il existe différentes structures qui jouent des rôles spécifiques. Et une grande partie de nos recherches se concentre sur l’amygdale, qui sont deux structures en forme d’amande qui se trouvent derrière nos yeux. Essentiellement, elles prennent toutes les informations entrantes du monde extérieur et du monde intérieur, les traitent selon les expériences précédentes que nous avons vécues dans la vie, nos souvenirs, puis crée une réponse coordonnée à travers le cerveau pour assurer la survie.

Et une façon de regarder ceci, que je trouve fascinante, est de poser la plus grande question de toutes, vous savez, pourquoi sommes-nous ici? Et nous pouvons répondre à cette question d’un point de vue philosophique, mais d’un point de vue scientifique, nous sommes ici parce que sur tant de générations sur des millions d’années, ce système nerveux dont nous avons hérité, ce système immunitaire s’est adapté à l’environnement pour assurer la survie, qui aboutit finalement à ce système nerveux, à ce cerveau et à ce système limbique qui sait identifier les menaces et assurer la survie afin que nous transmettions nos gènes à la génération suivante.

Un traumatisme peut déséquilibrer le système limbique

Dr Hedberg: Exactement. Et parlons un peu de la façon dont cela se déséquilibre. J’ai fait quelques podcasts pour parler aux auditeurs des expériences négatives de l’enfance et de la façon de surmonter les traumatismes et des choses comme ça. Donc, il semble juste qu’à peu près n’importe quel type de traumatisme dans le système, que vous soyez jeune ou adulte, pourrait potentiellement causer des déséquilibres dans le système limbique. Alors, pouvez-vous parler de toutes les choses potentielles qui peuvent arriver à quelqu’un et qui peuvent provoquer un déséquilibre dans son système limbique?

Ashok: Oui. C’est fascinant. Et c’est formidable que vous intégriez cela dans le cadre de votre approche intégrative, car c’est si important. La façon dont nous voyons les choses est la combinaison de l’éducation et de la nature. Donc, nous savons qu’il peut y avoir […] un traumatisme héréditaire qui peut réellement être transmis par nos gènes, et même les expériences dans l’utérus peuvent avoir un impact sur la réactivité de nos amygdales, n’est-ce pas? Ainsi, la recherche a montré que si une mère a une grossesse particulièrement stressante, cela peut avoir un impact sur le stress de l’enfant à l’avenir. L’expérience réelle de l’accouchement peut avoir un impact sur le système limbique et, évidemment, sur les expériences négatives de l’enfance. Donc, cela peut être de l’intimidation, des abus, des abus physiques ou émotionnels, même des abus sexuels, toutes ces choses ont un impact sur ce que nous appelons le réglage d’usine de l’amygdale. Donc, nous avons le réglage d’usine quand nous sommes nés et ensuite il continue de s’adapter et de changer en fonction de ces expériences défavorables de l’enfance. Et puis même à l’adolescence, cela peut être impacté. Ensuite, au cours de notre vie d’adulte, nous avons cet héritage génétique et nourricier qui a ensuite un impact sur notre réactivité au monde qui nous entoure. Et c’est pourquoi ces mauvaises expériences de l’enfance peuvent avoir un impact sur notre santé mentale, physique et émotionnelle. Maintenant, je pense qu’il est bien documenté que notre santé émotionnelle peut être affectée, mais les processus sur la façon dont notre santé physique est affectée est ce sur quoi nous nous concentrons ici en termes de recherche. Et comme je l’ai dit plus tôt, si nous revenons à cette idée que notre cerveau ne fait pas la différence entre les menaces émotionnelles, physiques, chimiques ou biologiques, le cerveau pose simplement la question: «Comment survivre?» Donc, si nous avons eu des expériences négatives dans l’enfance, qui rendent notre cerveau plus défensif, alors lorsque nous sommes ensuite exposés à des dangers physiques, le cerveau devient hyper-réactif et hyper-réactif, ce qui peut alors conduire à tant de maladies chroniques différentes. que nous expérimentons, vous savez, dans la chirurgie.

Un système limbique déséquilibré à l’origine des syndromes neuro-immuns

Dr Hedberg: Exactement. Et une des choses que nous verrons, et je suis sûr que vous voyez aussi, ce sont les gens qui semblent faire tout correctement. Vous savez, ils dorment bien, font de l’exercice, mangent bien. Ils font juste beaucoup de choses dont on pourrait s’attendre à être en bonne santé, mais ils ne se sentent toujours pas bien. Et donc, je pense que c’est l’un des domaines qui est vraiment le point de friction pour beaucoup de personnes atteintes de maladies chroniques, le système limbique est déséquilibré et il n’est tout simplement pas en mesure de récupérer. Alors, quels sont certains des symptômes ou des conditions qui feraient penser à quelqu’un qu’il a potentiellement un système limbique déséquilibré?

Ashok: Oui. Nous appelons collectivement ces conditions des syndromes neuro-immuns ou NIC. Et généralement, comme vous le dites, quelqu’un se repose, il a une bonne hygiène de vie, mais il semble néanmoins y avoir, vous savez, un faible niveau de vitalité, une maladie de fond persistante ou une maladie grave. Et nous croyons que c’est un déséquilibre non seulement dans le système limbique, mais aussi, en particulier dans le cortex insulaire. Maintenant, le cortex insulaire se situe entre le type de système limbique et le cortex. Donc, il fait plus partie du cortex que du système limbique. Et l’insulaire est l’endroit où nous pensons également que se situent beaucoup de déséquilibres. Donc, ce n’est pas purement le système limbique qui intéresse nos recherches. Et je peux simplement vous décrire un aperçu de l’hypothèse de nos recherches. Cela aidera vos auditeurs à comprendre en quelque sorte son impact sur les maladies chroniques. Alors, prenons l’exemple du virus de la grippe ou, en fait, même du COVID-19, qui sont évidemment dans l’actualité en ce moment. Si quelqu’un est dans un état confusionnel aigu ou a eu beaucoup d’expériences négatives dans l’enfance ou subit beaucoup de stress, nous savons que le stress réduit l’efficacité du système immunitaire. Et disons [que cette personne attrape] le virus de la grippe, le cerveau donne la priorité à la survie. Alors, il pense, d’accord, nous devons maintenant vaincre ce virus de la grippe. Ceci est potentiellement mortel. Et le cerveau et le système nerveux et le système immunitaire se coordonnent pour faciliter cela, pour vaincre ce virus et le débarrasser du corps. Mais s’il y a un système immunitaire affaibli, alors tout ce système prend beaucoup plus de temps pour combattre ce virus. Et il arrive un moment où le cerveau devient traumatisé. L’amygdale, l’insulaire, le cingulaire antérieur deviennent traumatisés dans cette réponse, comme une réponse traumatique physiologique où le corps dit, en fait, que nous ne semblons pas combattre pleinement et efficacement ce virus. Nous devons maintenant aller dans une surmultiplication pour ainsi dire et continuer à stimuler le système nerveux et le système immunitaire à tout ce qui nous rappelle l’événement de sensibilisation d’origine.

Une sur-stimulation chronique du système nerveux

Ainsi, le cerveau continue de sur-stimuler les réponses immunitaires et les réponses du système nerveux, et il l’apprend. Donc, c’est un conditionnement neurologique dans le cerveau. Et même une fois que quelqu’un se remet de la grippe ou du COVID-19, cela laisse un héritage dans le cerveau. Le cerveau a maintenant appris que tout ce qui lui rappelle l’infection d’origine indique un danger et potentiellement la mort. Ainsi, même une fois le virus disparu, le cerveau prend une décision logique selon laquelle nous devons faire preuve de prudence et continuer à trop stimuler ces réponses comme une réponse conditionnée. Et nous pensons que c’est ce qui maintient de nombreuses personnes dans un état chronique de maladie.

Et cela inclut des choses comme le syndrome de fatigue chronique, les COVID longs pour lesquels de nombreuses personnes viennent à notre clinique, la fibromyalgie. La fibromyalgie survient souvent après un accident de voiture ou un syndrome douloureux localisé qui se généralise à tout le corps. . Ensuite, les sensibilités chimiques et les sensibilités aux moisissures stimulent souvent le système limbique et l’insulaire suite à une exposition à un événement traumatique ou à un événement stressant. Et puis beaucoup d’autres conditions comme le syndrome orthostatique postural de tachycardie et la maladie de Lyme.

Nous pensons que toutes ces conditions sont dues à un événement de conditionnement traumatique dans l’amygdale et l’insulaire. C’est ainsi que nous voyons toutes ces conditions s’emboîter. Et une fois que cela se produit, alors le cerveau surstimule, crée des symptômes dans le corps, ces symptômes reviennent au cerveau, le cerveau hautement sensibilisé et hautement hypervigilant, le cerveau pense: «Je le savais. Je savais que nous étions en danger, permettez-moi de stimuler à nouveau les réponses protectrices pour ensuite relancer certains aspects du système immunitaire et du système nerveux. Ce qui crée tous les symptômes dans le corps, qui reviennent au cerveau, et nous nous retrouvons pris dans un cercle vicieux.

Ainsi, même si quelqu’un se repose sur une belle plage au milieu de nulle part et n’a aucun stress, cela n’a pas d’importance car l’entrée et la sortie du système sont devenues verrouillées ensemble. Le cerveau et le corps jouent simplement à un jeu de tennis, réagissent constamment l’un à l’autre et créent un modèle de maladie auto-entretenue.

L’impact sur l’instestin du déséquilibre du système limbique

Dr Hedberg: C’est comme un bugg dans le système d’exploitation. Et nous entrons dans le domaine de la recherche en psychoneuro-immunologie. Je vois beaucoup, non seulement les situations que vous avez mentionnées, mais aussi des pathologies liées à des problèmes intestinaux chroniques comme la prolifération bactérienne de l’intestin grêle, le syndrome du côlon irritable, l’inflammation de l’intestin, des choses comme ça. Et il y a un lien tellement fort entre l’intestin et le cerveau, et cet axe va être influencé par le système limbique. Et puis vous avez également des problèmes avec le nerf vague. Vous avez une perte de tonus vagal. Et le nerf vague est, bien sûr, très important pour la digestion, l’absorption, l’assimilation. Avez-vous quelque chose à ajouter sur l’intestin, le cerveau et le système limbique?

Ashok: Oui. Ainsi, nous traitons également avec succès plusieurs de ces conditions inflammatoires liées à l’intestin. Et l’amygdale envoie directement des messages à l’intestin via le gris périaqueducal, via le noyau parabrachial. Il y a une communication constante entre le système limbique et l’intestin. Et donc, lorsque le cerveau est dans cet état hyper traumatisé, il stimulera le petit cerveau comme nous l’appelons, évidemment, dans l’intestin, créant une tension dans les muscles, un manque de digestion, un déséquilibre entre les bonnes et les mauvaises bactéries et la prolifération des bactéries. les mauvaises bactéries, qui peuvent alors causer un grand nombre de ces maladies inflammatoires, qui deviennent alors leur propre cercle vicieux. Et les gens peuvent faire beaucoup de bonnes choses, et nous aidons les gens à changer de régime alimentaire, à prendre des suppléments, des médicaments, etc., pour essayer de réduire cela. Ce n’est pas un soit / ou. Mais pour vraiment aller au cœur, [il faut regarder] pourquoi le cerveau est-il coincé dans ce cercle vicieux? Pourquoi continue-t-il à stimuler inutilement l’intestin? Aller à la cause profonde de cela. Et nous constatons que lorsque les gens s’engagent dans la rééducation du cerveau, l’intestin revient naturellement à son équilibre naturel pour ainsi dire.

Dr Hedberg: Exactement. […] Vous savez, environ les deux tiers des personnes atteintes de prolifération bactérienne finissent par rechuter et bien souvent c’est à cause de certaines des raisons que vous avez mentionnées.

Une validation avec des bases statistiques solides

Alors, maintenant, l’une des raisons pour lesquelles je voulais vous accueillir était de parler de la science et de la recherche derrière ce que vous faites. Et donc, cet article récent dans lequel vous avez participé, donc le titre pour les auditeurs est «Mindfulness-Based Program Plus Amygdala and Insula Retraining (MAIR) for the Treatment of Women with Fibromyalgia: A Pilot Randomized Controlled Trial.» [1] [Programme basé sur la Pleine Conscience plus la rééducation des amygdales et du cortex insulaire pour le traitement des femmes atteintes de fibromyalgie : un essai pilote aléatoire et contrôlé]. Cela a été publié dans le «Journal of Clinical Medicine». Il est vraiment important que nous ayons une médecine factuelle, et c’est pourquoi ce document est si important. Alors, pouvez-vous nous donner un aperçu de base de cet article que vous avez publié?

Ashok: Oui. Nous sommes donc très heureux d’avoir publié ce document et, espérons-le, cela conduira à davantage de recherches que nous aimerions faire, car il est si important pour nous d’avoir des preuves de ce que nous faisons. Ainsi, dans cette étude, nous avons pris 45 femmes atteintes de fibromyalgie et les avons réparties et randomisées en deux groupes. L’un a reçu des techniques de relaxation pendant huit semaines et l’autre groupe a reçu le programme Gupta pendant huit semaines. Et nous avons testées [les patientes] évidemment au départ : c’étaient toutes des femmes qui avaient un diagnostic confirmé de fibromyalgie. Finalement, nous avons constaté que juste après une intervention de huit semaines, en gardant maintenant à l’esprit que le programme Gupta est une intervention minimale de six mois dans laquelle nous encourageons les patients à s’engager, mais simplement après une intervention de huit semaines dans le groupe témoin, il n’y a pas eu modification des scores de fibromyalgie. Mais dans le groupe du programme Gupta, il y avait une réduction de près de 40% des scores fibro chez de nombreuses patientes, vous savez, retournant au travail à temps plein et se sentant, vous savez, très bien. Et il y a eu une réduction de moitié de la douleur catastrophique, une augmentation de 50% de la santé perçue comparée à seulement 16% dans le groupe témoin, et aussi une réduction de moitié de l’anxiété et de la dépression. Et nous pensons que s’il s’agissait d’un essai de six mois, les résultats auraient été encore plus amplifiés et même meilleurs. Mais en tant qu’étude pilote, il s’agit vraiment d’un résultat révolutionnaire car il n’y a rien de ce que nous avons vu qui pourrait avoir une baisse de 40% des scores fibro en 8 semaines. […] et il a évidemment été publié dans une revue très respectée également.

Une réduction du facteur neurotrophique dérivé du cerveau

Nous sommes donc très enthousiastes à l’idée d’avoir cela. Non seulement nous avons mesuré des résultats subjectifs, mais nous avons mesuré certains résultats objectifs. Ainsi, il y avait une réduction significative des marqueurs inflammatoires. Néanmoins ce n’était pas assez significatif sur le plan statistique pour être mis dans le journal. Par ailleurs, ce que nous avons eu, c’est une réduction du facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF). Le facteur neurotrophique dérivé du cerveau est souvent élevé dans la fibromyalgie, mais pour le groupe du programme Gupta celui-ci a été réduit à des niveaux normalisés. Donc, il y avait des marqueurs objectifs soutenant la recherche. Et vous savez, cela a donné beaucoup d’espoir aux patients atteints de fibromyalgie, mais aussi d’encéphalomyélite myalgique et de syndrome de la fatigue chronique, il peut y avoir un moyen de remédier à leur condition. Et maintenant, nous avons au moins quelques preuves derrière cela.

Évidemment, ce que nous aimerions faire, c’est un essai de phase 3 avec des centaines de patients randomisés et montrer vraiment la puissance et l’efficacité de ces types d’approches pour des maladies très difficiles à traiter normalement.

Dr Hedberg: J’ai été impressionné par la baisse du facteur neurotrophique dérivé du cerveau, car c’est un véritable moteur de plasticité et c’est l’une des choses les plus difficiles à inverser. Donc, cela a du sens lorsque vous regardez la reconversion limbique et la fibromyalgie classique avec elle, c’est parce qu’elle est caractérisée par un problème avec le système nerveux central et l’allodynie centrale et des choses comme ça, que nous obtiendrions le changement là-bas. Donc, c’est excellent d’avoir ceci publié.

Vers un traitement “logiciel” des maladies modernes

Y a-t-il autre chose que vous vouliez mentionner à propos de l’étude? Je ne veux pas trop entrer dans les détails techniques, vous savez.

Ashok: Je pense qu’à titre d’information, nous avons publié un audit clinique sur nos patients en 2010. Donc, c’était une étude distincte qui a été publiée il y a de nombreuses années. Et cela a montré qu’après un an d’intervention, 92% des patients se sont améliorés et les deux tiers des patients ont atteint une récupération de 80% à 100% après 1 an. Et le nombre moyen d’années de maladie était de 10,5 ans. Donc, cela est également publié sur notre site Web. Donc, il y a d’autres recherches que nous avons faites, mais c’est selon nous ou notre expérience, le premier essai contrôlé randomisé jamais publié sur un programme de type neuroplasticité, rééducation limbique-cérébrale. Et vraiment, vous savez, la médecine peut souvent évoluer assez lentement, mais nous espérons que cette publication va vraiment soulever des sourcils dans les professions traditionnelles parce qu’elle est si importante.

Vous savez, la médecine est très bonne pour traiter un être humain comme s’il était comme une voiture ou prenons l’exemple d’un ordinateur, non? Donc, en cas de problème avec un disque dur, ils peuvent ouvrir le disque dur et réparer le disque dur, n’est-ce pas? Mais il existe une toute nouvelle génération de maladies, que nous appelons les maladies logicielles. Le matériel est absolument parfait. C’est le logiciel qui exécute le matériel, là où il y a un bugg, comme vous l’avez dit. Et ces buggs dans le système sont très difficiles à déplacer et à changer une fois que le système a atteint sa nouvelle couche d’homéostasie ou son nouveau mode de fonctionnement qui, selon lui, assure la survie. Et cette nouvelle génération de maladies modernes ne peut vraiment être abordée que par ces approches logicielles.

Je crois que les médicaments et les changements de régime peuvent être utiles, mais ils n’atteignent jamais vraiment la cause profonde, c’est pourquoi les gens restent malades chroniquement pendant tant d’années. Donc, nous espérons vraiment que cette étude stimulera de nouvelles recherches. Nous recherchons activement des partenaires qui aimeraient collaborer à un essai de phase 3, et c’est une bonne chose pour tout le monde, de vraiment l’avoir. Et nous ne cherchons pas à conserver la propriété intellectuelle […] Nous voulons que le programme soit diffusé. Nous voulons simplement améliorer les patients. Donc, si nous obtenons un essai à plus grande échelle et que les gens apprécient vraiment que [le programme Gupta] est la meilleure intervention, nous voulons simplement former d’autres personnes, d’autres praticiens de la TCC ou des ergothérapeutes, ou vous savez, des médecins pour dispenser ce type de traitement et, vous le savez, soutenir le rétablissement du plus grand nombre de patients possible. Nous voulons que cela soit intégré dans les systèmes de santé existants une fois que nous aurons obtenu cet essai de phase 3. C’est vraiment notre objectif.

En quoi consiste la rééducation limbique ?

Dr Hedberg: Donc, beaucoup de gens se demandent peut-être, ce qu’implique ce programme, le programme Gupta, le programme basé sur la pleine conscience, la rééducation limbique? Pouvez-vous donner aux gens un aperçu de base de ce à quoi cela pourrait ressembler pour quelqu’un? Vous avez dit, vous savez, c’est comme un engagement de six mois, il y a du travail à faire au quotidien. Pouvez-vous nous donner plus d’informations sur la méthode?

Ashok: Oui. Donc, en termes d’engagement de temps, nous disons que c’est un minimum de 30 minutes par jour en termes d’engagement en une seule séance, puis il y a des techniques de rééducation cérébrale qui se produisent tout au long de la journée. Les gens peuvent l’utiliser même s’ils occupent un emploi à plein temps jusqu’à être alités. Vous savez, nous avons des patients sur toute cette échelle. De ce fait, nous le rendons aussi simple que possible à mettre en œuvre. Et le programme comporte trois domaines principaux et nous le décrivons comme une colombe apprenant à voler. Donc, pour qu’une colombe apprenne à voler, elle a besoin de deux ailes, des plumes et de la queue. Donc, les deux ailes qui assurent vraiment la récupération, le premier est la rééducation. Ainsi, le noyau a une aile, qui ré-entraîne le cerveau hors de ces réponses réactives.

La deuxième aile détend le système nerveux. Nous devons donc réduire la stimulation globale du système nerveux et, comme vous l’avez mentionné, le tonus vagal en est un élément très important.

Et puis troisièmement, les plumes de la queue représentent une direction. Et nous appelons cela le réengagement avec joie, ce qui manque souvent, vous savez, à la médecine moderne. Vous savez, cela me rappelle le film «Patch Adams», vous savez, l’idée qu’en fait, l’état d’esprit et la joie sont une partie incroyable de la guérison. Et lorsque nous ne nous sentons pas bien, nous nous concentrons souvent sur l’état de santé plutôt que sur les petites joies de la vie qui peuvent favoriser la guérison. Donc, ce sont le genre de plumes de la queue.

La rééducation du cerveau

Donc, la première partie, la rééducation du cerveau, nous aidons un patient à comprendre et à prendre conscience de ce que sont ces petits signaux du système limbique qui indiquent un danger. Et normalement, nous ne sommes pas conscients de ceux-ci, ils sont à la périphérie de notre conscience, mais lorsque nous nous connectons à ce que sont ces messages, nous sommes alors en mesure de le faire prendre conscience et de le rééduquer.

Et ça… ce n’est pas un processus psychologique, c’est un processus de rééducation cérébrale. Et cela me rappelle quand ils parlent du syndrome des membres fantômes des patients, où les gens ont peut-être eu un membre amputé, mais le cerveau pense toujours que le membre est toujours là et ils reçoivent toujours des signaux de douleur d’une partie de leur corps qui n’existe pas. Ainsi, progressivement, grâce à la rééducation du cerveau, les gens sont capables de réinitialiser ces processus. Et donc, de la même manière, nous remettons le cerveau à son état d’origine avant que le conditionnement ne se produise. C’est donc l’aspect de rééducation du cerveau, et cela implique de nombreuses techniques spécialisées différentes.

La détente du système nerveux

Les techniques de soutien détendent le système nerveux. Donc, ce sont les choses que vous avez déjà mentionnées, comme la méditation, les techniques de respiration, un bon régime de sommeil, et nous donnons beaucoup de conseils sur le sommeil, avoir une bonne alimentation, un régime anti-inflammatoire et des suppléments anti-inflammatoires, reprendre contact avec la nature , l’importance de la lumière du soleil. Toutes ces choses sont encapsulées dans la relaxation du système nerveux.

L’engagement vers la joie

Et puis troisièmement, réengager avec la joie. Comme je l’ai mentionné, nous aidons le patient à comprendre qu’il ne doit pas attendre d’être heureux une fois qu’il sera en bonne santé, apprenez et comprenez comment vous pouvez réellement renforcer votre système immunitaire grâce à des changements d’état d’esprit et de mentalité en ce moment, ici dans ce moment, malgré tous ces symptômes que vous ressentez, et cela soutiendra votre guérison. Donc, c’est cette idée qu’il n’y a pas de chemin vers la joie, la joie est le chemin. Mais le cœur de celui-ci, comme je l’ai dit, est la rééducation du cerveau qui, souvent, pour la plupart des patients, suffit, vous savez, pour démarrer le processus de guérison et guérir leur corps.

Dr Hedberg: C’est tellement intéressant que vous ayez évoqué le ré-accès à la joie parce que c’est quelque chose qui, vous savez, avec toutes les grandes choses que la médecine conventionnelle fait et je dirais même la médecine fonctionnelle, c’est quelque chose qui n’en fait tout simplement pas partie. Et je pense aussi que dans le même temps, je pense que c’est trop demander, par exemple, à une médecine fonctionnelle ou à un médecin conventionnel pour être en mesure d’incorporer tout cela dans leur pratique également. C’est presque que vous commencez à entrer dans le domaine, disons, du coaching de vie et des choses comme ça.

Donc, il faut vraiment une approche vraiment intégrative pour aider une personne à se rétablir lorsqu’elle a ces problèmes. Et donc, je suis vraiment content que vous ayez soulevé cela et j’espère que les auditeurs y penseront un peu plus, car comme vous l’avez dit, quand vous êtes malade, quand vous ne vous sentez pas bien, il est très difficile de se concentrer sur la joie, mais vous devez juste trouver ces choses dans la vie qui vous apportent de la joie.

Comment souscrire au programme Gupta?

Ashok: D’accord. Alors, oui vos auditeurs, s’ils utilisent le code “HEDBERG“, il y aura une réduction de 15% sur le programme (**).

Et juste pour expliquer le fonctionnement du processus, les gens peuvent accéder à notre site Web et s’inscrire à l’essai gratuit. Ainsi, vous n’avez même pas besoin d’une carte de crédit. Vous pouvez simplement continuer, regarder beaucoup de vidéos, qui expliqueraient les causes de ces conditions, voir si vous pensez que cela vous convient. Il n’y a donc pas d’attente initiale. Mais une fois que vous avez regardé ces vidéos gratuites, comment surfer, vous pouvez alors décider d’acheter le programme complet, et vous y trouverez 15 cours vidéo interactifs, environ 30 exercices audio et, comme je l’ai mentionné, un accès à notre très forum et webinaires occupés et solidaires avec moi-même pendant 3 mois. Donc, vous y arrivez beaucoup.

Et jusqu’à ce que nous obtenions les résultats de l’essai de phase 3 à grande échelle, nous offrons une garantie de remboursement d’un an sur notre programme, car nous savons que les gens ont souvent des finances limitées et si cela ne fonctionne pas pour eux, nous le ferions. comme eux de dépenser cet argent ailleurs. Ainsi, les gens peuvent l’utiliser pendant au moins six mois, s’ils ne reçoivent aucun avantage, puis après six mois et jusqu’à un an, ils peuvent le retourner. Aucune question posée. Récupérez leur argent et dépensez-le pour un autre traitement. Ainsi, les gens n’ont rien à perdre en essayant de voir si cela peut guérir tout ce qu’ils vivent.

Dr Hedberg: C’est fantastique. Donc, vraiment rien à perdre pour l’essayer. […] Et Ashok, des dernières pensées d’adieu pour les auditeurs?

Ashok: Oui. Il est si important pour nous tous de partager ce concept de COVID long-terme. Nous assistons à une pandémie secondaire de tellement de gens qu’après plusieurs semaines, après plusieurs mois, ils ne se remettent toujours pas du COVID-19 ou, en fait, ils se sont remis du COVID-19, mais ils ont post- effets viraux en raison de l’anxiété accrue ou, vous le savez, du fort impact de ce virus sur certains patients. Et ce que nous cherchons vraiment à faire pour éviter la pandémie secondaire, nous avons des vidéos sur nos sites Web où nous avons en fait, vous savez, interviewé des personnes qui ont un COVID à long terme, nous le traitons déjà dans notre clinique, c’est pour expliquer aux gens une fois que vous avez COVID-19, reposez-vous pendant et après l’infection.

Parce que si les gens ne se reposent pas complètement physiquement, mentalement et émotionnellement, à notre avis, ils ont plus de chances de développer un COVID à long terme en raison de notre hypothèse que j’ai expliquée. Donc, si vous connaissez des personnes qui ont le COVID-19 ou qui l’ont eu dans le passé et qui s’en remettent encore, c’est un message de santé publique très important, je suppose, pour les encourager à se reposer complètement avant de reprendre une vie normale.

Et ensuite, si les gens ont un COVID à long terme, nous avons déjà commencé à guérir et à traiter les patients pour cela dans notre clinique. Donc, je pense que c’est quelque chose que nous connaissons probablement tous des personnes qui souffrent du COVID-19, mais il n’y a aucune information sur la façon dont vous pouvez vous assurer que cela ne se transforme pas en quelque chose de chronique. C’est donc un message vraiment très important que j’aimerais que les gens partagent.

Dr Hedberg: Excellent. Eh bien, merci pour votre écoute […]

Sources et crédits

Image par chenspec de Pixabay

(*) les titres ont été ajoutés par mes soins dans l’interview pour faciliter la lecture. Certains passages peu adaptés à une reproduction par écrit ont été tronqués et signalés entre crochets ([…]).

(**) ceci est un code d’affiliation du docteur Hedberg dont je traduis l’article. Les Secrets de Hashimoto ne perçoivent aucune commission lors de votre souscription au programme.

[1] Sanabria-Mazo JP, Montero-Marin J, Feliu-Soler A, Gasión V, Navarro-Gil M, Morillo-Sarto H, Colomer-Carbonell A, Borràs X, Tops M, Luciano JV, García-Campayo J. Mindfulness-Based Program Plus Amygdala and Insula Retraining (MAIR) for the Treatment of Women with Fibromyalgia: A Pilot Randomized Controlled Trial. J Clin Med. 2020 Oct 11;9(10):3246. doi: 10.3390/jcm9103246. PMID: 33050630; PMCID: PMC7599726.


Si cet article est utile, aidez votre famille, vos amis, vos collègues et partagez-le!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.