Vertiges, comment un symptôme fait ses révélations sur l’hypothyroidie

Si cet article est utile, aidez votre famille, vos amis, vos collègues et partagez-le!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

hypothyroidie symptomes vertiges
hypothyroidie : symptomes de vertiges

Hypothyroidie et symptomes de vertiges?

  • Combien d’hypothyroidies sont concernées ?
  • Quels sont les liens entre hypothyroidie et symptomes de vertiges?
  • Quelles solutions pour remédier aux vertiges?

Les vertiges sont un symptôme fréquent de l’hypothyroidie et de la thyroïdite de Hashimoto en particulier. De nombreuses personnes sont touchées, les causes sont connues et des solutions existent. Bonne lecture !

L’hypothyroidie déclenche la perte d’équilibre

9% des malades de Hashimoto ont des vertiges

Le vertige est le deuxième type de symptôme de l’hypothyroïdie le plus recherché sur le web après les symptômes ophtalmiques. Il y a 880 recherches du terme “hypothyroidie symptomes vertiges” par mois sur Google France.

Il y a 1,7 millions de malades de Hashimoto en France. D’après les données de l’ANSM, il y a 275 492 nouvelles prises de Levothyrox par an, dont 43,9% pour hypothyroïdie. 95% des hypothyroïdies sont en fait des maladies de Hashimoto.

Faison un petit calcul savant. Ceci fait donc 120.900 nouveaux cas d’hypothyroïdie dont 115.000 nouveaux cas de Hashimoto par an.  Nous comptons donc respectivement 10.100 et 9.600 cas par mois.

Supposons que les malades ne font pas de nombreuses fois la même recherche. Lorsqu’elles détectent qu’elles ont des vertiges, elles veulent voir si c’est lié à leur hypothyroïdie. Elles font donc une recherche google! Au moment où j’écris cet article, les sites français répondant bien à la question sont inexistants!

Faisons l’hypothèse que chaque malade ne fait qu’une seule fois la recherche. Dans ce contexte, ça fait 9% des Hashimoto français qui cherchent des solutions à leurs vertiges… Sans en trouver nulle part sur la toile francophone !

Si vous faites partie de ces 9%, continuez à lire cet article. J’y détaille les dernières recherches scientifiques sur l’hypothyroidie et les symptomes de vertiges… Et, bonne nouvelle, elles sont nombreuses!

Hypothyroidie et symptomes de vertiges : un phénomène étudié par les scientifiques

Bien que peu relayé par le web français, les phénomènes de disfonctionnement auditif sont étudiés par de nombreux laboratoires. C’est en particulier le cas des problèmes de l’oreille interne.

Les chercheurs ont démontré que les patients avec la thyroïdite de Hashimoto ont un plus fort risque de développer des anomalies auditives comparé à un groupe d’individus sains[1]. Ces dysfonctionnements peuvent être une conséquence directe de l’hypothyroïdie mais aussi de la circulation d’anticorps antithyroïdiens.

Symptômes de l’hypothyroïdie : les différents types de vertiges

L’hypoglycémie et les malaises hypoglycémiques

Même s’il ne s’agit souvent pas à proprement parler de vertiges, de nombreux malades de Hashimoto sont sujets à des troubles de la vision, du brouillard mental, des étourdissements, subissent des moments de désorientation qui peuvent aller jusqu’au malaise et la perte de conscience. Ces symptômes peuvent tout simplement être ceux d’une hypoglycémie sous-jacente.

Le lien entre l’hypothyroïdie et l’hypoglycémie est étudié depuis plus de 100 ans [8] ! Mais la sagesse des pionniers de l’endocrinologie semble s’être perdue en chemin. Ce n’est que tout récemment que des travaux sérieux ont remis le sujet au goût du jour. De ce fait, la plupart des endocrinologues et médecins actuellement en exercice ignorent totalement le lien entre les deux sujets.

Les mécanismes liant hypothyroïdie et hypoglycémie étant nombreux, j’aurai l’occasion de les détailler dans un article spécifique.

Pour résumé, disons que l’hypothyroïdie en elle-même a un impact négatif sur l’hypothalamus, la glande pituitaire, les hormones basales et de croissance, sur la création de glucose à partir des protéines, des graisses ou du lactate, sur la découpe du glycogène en glucose, la sécrétion de glucagon, la clairance de l’insuline, la rapidité de digestion et d’absorption du glucose par l’organisme, la circulation dans la veine porte.

Les hormones thyroïdiennes sont aussi capables de se lier à l’insuline dans certaines tissus. Elles ont donc un effet direct sur elle.

Le stress glycémique et l’épuisement des surrénales

L’hypothyroïdie est aussi souvent corrélée à une insuffisance surrénale. Ceci a aussi un impact sur les organes et hormones impliqués dans le cycle du glucose.

Mais ce n’est pas tout. Quand bien même les hormones thyroïdiennes seraient parfaitement rééquilibrées au moyen d’un traitement, la présence même d’auto-anticorps dans l’organisme (anti-TPO, anti-TG) peut être stimulée à la hausse par les variations “normales” de sucre dans le sang. Ce phénomène peut donc venir à nouveau alimenter le cercle vicieux de l’hypothyroidie auto-immune et ses symptomes de vertiges.

Je traduis ici directement un extrait du blog d’Isabella Wentz, spécialiste américaine du traitement d’Hashimoto :

Lorsque les niveaux de sucre dans le sang fluctuent constamment, le corps le ressent comme un stress chronique. Lorsque les glandes surrénales (les glandes responsables de la libération des hormones du stress) deviennent stressées, elles libèrent un excès d’hormone cortisol. Cet excès peut également conduire à une production accrue de protéines inflammatoires associées à une réponse immunitaire accrue. Ce schéma conduit finalement à une libération modifiée de cortisol, qui peut à son tour entraîner de nombreux symptômes, notamment une fatigue chronique, des sautes d’humeur et une augmentation des anticorps thyroïdiens. (Des surrénales affaiblies peuvent également affaiblir la thyroïde!)

Isabella Wentz

Le vertige paroxystique positionnel bénin

Vertige positionnel paroxystique bénin (VPPB). Il s’agit de la cause la plus fréquente de vertige positionnel, une sensation soudaine de rotation ou de balancement. Cela se produit lorsque de minuscules cristaux de calcium dans une partie de votre oreille se déplacent dans une zone où ils ne devraient pas être. Cela amène votre oreille interne à dire à votre cerveau que vous bougez alors que vous ne l’êtes vraiment pas.

Des chercheurs italiens [1] relatent le lien entre la maladie de Hashimoto et ce type de vertige. Dans leurs études,  les patients atteints de vertige positionnel paroxystique bénin (VPPB) avaient des taux d’hormone TSH et d’autoanticorps antithyroïdiens significativement plus élevés que les témoins sains. De plus, près d’un cinquième des patients euthyroïdiens atteints de Hashimoto (dont la thyroïde continue de bien fonctionner malgré la maladie) présentaient des signes de VPPB. Des tests vestibulaires positifs suggérant le BPPV ont été trouvés chez 18% des patients euthyroïdiens atteints de thyroïdite de Hashimoto et 2% des témoins. Ainsi, même face à une fonction thyroïdienne normale, il semble y avoir une association entre la présence d’anticorps antithyroïdiens et des tests BPPV positifs [6].

La maladie de Ménière est liée à l’hypothyroïdie

Les personnes atteintes de la maladie de Ménière ont des crises soudaines de vertiges, d’acouphènes (un bourdonnement, un bourdonnement ou un rugissement dans les oreilles), une perte auditive et une sensation de remplissage dans l’oreille affectée. Cela peut être causé par une trop grande quantité de liquide dans l’oreille interne, en raison d’une réaction auto-immune. La perte auditive s’aggrave avec le temps et peut être permanente dans certains cas.

Les liens entre la maladie de Ménière et l’hypothyroïdie ont été clairement établis et sont la cause de la maladie pour certains patients [5]. Donc toute personne ayant Hashimoto devra en premier creuser cette piste si Ménière vient frapper à la porte… L’hypothyroidie est la cause des symptomes de vertiges.

Cependant, les mécanismes par lesquels les auto-anticorps thyroïdiens au-delà du l’état d’hypothyroïdie, pourraient être à l’origine de réaction auto-immunes dans l’oreille et donc de la maladie, sont toujours un sujet de recherche scientifique actuellement [2].

L’intolérance à l’histamine créée des symptômes de vertige

Les histamines sont une réponse inflammatoire dans le corps. Elles peut être une réaction à une gamme de substances que le corps perçoit comme une attaque. Si vous ne décomposez pas correctement l’histamine, votre corps peut développer une intolérance aux histamines. Les symptômes courants comprennent en particulier des maux de tête / migraines, insomnie, vertiges ou étourdissements.

L’histamine a un impact sur le sens de l’équilibre d’une personne en raison du fait qu’il existe des neurones affectés par l’histamine dans l’hypothalamus postérieur du cerveau. Et l’hypothalamus est un régulateur important de toutes sortes de fonctions liées à l’homéostasie et à l’équilibre.

Des niveaux élevés d’histamine peuvent être causés par la prolifération bactérienne de l’intestin grêle (SIBO) et l’hyper-perméabilité intestinale (c’est à dire l’intestin qui fuit). Ces causes sont elle-mêmes très souvent des causes sous-jacentes de la maladie de Hashimoto. C’est pour cette raison que la piste des histamines doit aussi être creusée lorsqu’une personne atteinte de Hashimoto se met à avoir des vertiges. L’action sur l’hypothyroidie seule ne suffit pas à éliminer les symptomes de vertiges.

Comment traiter ces symptômes

Action mécanique en urgence sur l’oreille interne en cas de vertiges

Si vous êtes ou venez d’être sujet à vertige paroxystique positionnel bénin, l’action la plus immédiate est d’aller voir un ORL pour dissiper le symptôme au plus vite. Ce vertige peut être traité par une série de mouvements de tête que votre médecin vous guide. Ceux-ci remettent les cristaux là où ils sont censés être.

Il s’agit bien-sûr d’une action ponctuelle qui ne vous dispense pas de traiter le problème de fond à l’origine du déplacement de ces cristaux.

Sortez de l’hypothyroïdie avec des hormones de synthèse

Utile de rappeler ici, que votre traitement substitutif en levothyrox ou levothyroxine ou autre produits disponibles sur le marché,  ne doit pas être arrêté ou réduit sans bilans sanguins et suivi précis de tous vos symptômes.

Les médecins reportent le cas d’une patiente ayant été prise d’une attaque sévère de vertige après avoir stoppé son traitement pendant 5 mois [5].

La maladie de Ménière pour des patients en hypothyroïdie mais qui n’ont pas encore pris de supplémentation peut aussi être maîtrisée via une supplémentation en hormones thyroïdiennes [5].

Plusieurs patients sur les forums français des malades de la thyroïde reportent la nécessité d’un dosage très fin et plus précis que les pas de “25” du Levothyrox afin de faire stopper les symptômes de vertige. Plusieurs personnes affirment y être parvenu par ce moyen. Cela peut valoir le coup de tester. Cela ne constitue pas une preuve scientifique, mais comme il n’y a pas d’étude à ce sujet, c’est un test peu dangereux qui peut rapporter gros !

De même, la restauration d’un niveau équilibré d’hormones thyroïdiennes permet de juguler les principales causes d’hypoglycémie.

Equilibrer vos hormones est un passage obligatoire quel que soit votre forme de “vertige”. Mais ce n’est pas suffisant pour régler définitivement ni l’hypoglycémie ni le vertige paroxystique positionnel bénin.

Le régime à bas index glycémique bon pour l’hypothyroidie et les symptomes de vertiges

Lorsque nous consommons de grandes quantités de sucre – souvent sous la forme d’aliments riches en glucides tels que les desserts, les céréales et les féculents – le pancréas doit libérer de plus grandes quantités d’insuline pour faire baisser les taux de sucre dans le sang. Ces poussées d’insuline peuvent entraîner une baisse trop importante du taux de sucre dans le sang. Ceci provoque alors des envies d’aliments plus riches en glucides. Et le cycle recommence… Les niveaux de sucre dans le sang oscillent de haut en bas, créant un stress dans le corps. La bonne solution consiste à prévenir ce problème en amont au moyen d’une alimentation adaptée. Renseignez vous sur l’alimentation à IG bas.

Ces recommandations alimentaires valent “en moyenne”. Chaque personne étant différente, le mieux que vous puissiez faire est de contrôler vous-même votre glycémie au moyen d’un dextro avant et après les repas afin de remonter la piste des aliments qui vous conviennent ou pas. Lorsque vous connaîtrez le régime alimentaire qui vous convient, vous pourrez arrêter de faire des dextro.

Pour aller plus loin, vous pouvez aussi obtenir des recommandations personnalisées sur la base de l’analyse de votre flore intestinale chez Viome. J’ai rédigé plusieurs articles à ce sujet.

La berbérine pour réguler votre glycémie

La berbérine améliore les récepteurs de l’insuline, l’utilisation de la glycémie et a aussi un effet directement au niveau de la digestion  car elle arrête à la source l’inflammation d’origine alimentaire. C’est donc une piste à étudier pour obtenir une amélioration rapide de vos symptômes.

Toutefois cet actif de plante a une action à de nombreux niveaux dans l’organisme et ne convient pas à tout le monde. Pour certaines personnes il est même fortement contre-indiqué. Consultez un praticien en médecine fonctionnelle pour vous accompagner.

Le régime pauvre en histamine dans certains cas d’hypothyroidie et de vertiges

Il existe une population de personnes atteintes de Hashimoto qui pourraient trouver un soulagement avec un régime pauvre en histamine.

En évitant les aliments riches en histamine, la plupart des malades sont capables de surmonter leurs intolérances à l’histamine. Après un certain temps elles pourront réintégrer ces aliments dans leur alimentation. Les aliments riches en histamine comprennent les boissons alcoolisées, les aliments fermentés, le vinaigre, les charcuteries, les fruits secs, les agrumes, le fromage vieilli, certaines noix, l’avocat, les épinards, les tomates, les aubergines et certaines espèces de poissons.

Pour en savoir plus et identifier si vous êtes concernée, vous pouvez consulter le blog de Yasmina, atteinte de ce trouble et qui se consacre à ce sujet (en anglais). Je ne le développe pas d’avantage car je ne suis pas personnellement concernée.

Le Séliforant pour bloquer les histamines

Une société française spécialisée dans les maladies de l’oreille interne, notamment les vertiges sévères, a développé un bloqueur des récepteurs de l’histamine H4 pour traiter les vertiges. Ce nouveau médicament, le Seliforant, modifie la fonction des cellules de l’oreille interne et peut être administré par voie orale ou par injection. Le fait qu’un antihistaminique soit utilisé pour traiter les vertiges est extrêmement intéressant. Cela confirme qu’un antihistaminique peut aussi être anti-vertige, et que l’histamine est à l’origine du vertige chez certaines personnes.

Autres antihistaminiques et anti-inflammatoires pour les hypothyroïdiques sujets aux vertiges

Le traitement médicamenteux de référence pour la maladie de Ménière est la bétahistine, un médicament similaire à l’histamine. Il agit en inhibant les récepteurs de l’histamine H3 et en stimulant en même temps faiblement les récepteurs de l’histamine H1. Dans les situations aiguës, d’autres antihistaminiques comme la méclozine ou le diazépam peuvent également être utilisés.

Conclusion sur l’hypothyroidie et les symptômes de vertiges

J’ai détaillé dans cet articles les principaux mécanismes par lesquels une personne Hashimoto peut être sujette à des vertiges ou autre sensations bizarres, inconfortables voire dangereuses de ses facultés de perception de l’espace.

Si vous êtes sujette à ce type de trouble, il existe bien-sûr des médicaments. Ils vous permettront de vous sentir mieux rapidement. C’est pourquoi je les ai listé afin que vous puissiez en discuter avec votre médecin et spécialistes qui vous suivent.

Toutefois, comme tous les symptômes de Hashimoto, ces désagréments sont aussi des pistes qui donnent des indices sur ce que vous devez changer dans votre mode de vie pour aller vers une guérison globale. Glycémie, histamines ou autres sources d’inflammation diverses sont le nerf de la guerre de vos symptomes et doivent être regardés en parallèle du traitement de l’hypothyroidie qui génère aussi les symptomes de vertiges.

Faites les tests simples (glycémie) que vous pouvez faire à la maison. Créez votre propre système de guérison et surtout écoutez votre corps. J’aurai plaisir à répondre à vos commentaires pour vous aider de manière personnalisée. Qu’avez-vous déjà testé? où en êtes-vous dans vos recherches concernant les causes de vos vertiges ? Vous pouvez me laisser un commentaire ou discuter directement en chat sur la page Facebook.

Sources et crédits

[1] Chiarella G, Russo D, Monzani F, et al. HASHIMOTO THYROIDITIS AND VESTIBULAR DYSFUNCTION. Endocr Pract. 2017;23(7):863-868. doi:10.4158/EP161635.RA

[2] Fattori, B et al. “Possible association between thyroid autoimmunity and Menière’s disease.” Clinical and experimental immunology vol. 152,1 (2008): 28-32. doi:10.1111/j.1365-2249.2008.03595.x

[3] Conséquences du passage à la nouvelle formule du Lévothyrox en France. Etude de pharmaco-épidémiologie à partir des données du Système National des Données de Santé (SNDS). Rapport Final Juin 2019. Etude réalisée par le Groupement d’Intérêt Scientifique EPI-PHARE : Rosemary DRAY-SPIRA, Sandrine COLAS, Marion BERTRAND, Mahmoud ZUREIK

[4] Leung, E; Lakshumanan, S; Aouthmany, A; Rosenblum, S; Singh, G. PECULIAR PRESENTATION OF VERTIGO IN HYPOTHYROIDISM. Abstract published at Hospital Medicine 2019, March 24-27, National Harbor, Md.. Abstract 807. https://shmabstracts.org/abstract/peculiar-presentation-of-vertigo-in-hypothyroidism/. August 27th 2020.

[5] Santosh, U P, and M S Sudhakar Rao. “Incidence of Hypothyroidism in Meniere’s Disease.” Journal of clinical and diagnostic research : JCDR vol. 10,5 (2016): MC01-3. doi:10.7860/JCDR/2016/17587.7759

[6] Stephen W. Spaulding.Clinical Thyroidology. Jan2015.6-9. http://doi.org/10.1089/ct.2015;27.6-9 Published in Volume: 27 Issue 1: January 14, 2015

[7] Kalra, Sanjay et al. “The hypoglycemic side of hypothyroidism.” Indian journal of endocrinology and metabolism vol. 18,1 (2014): 1-3. doi:10.4103/2230-8210.126517

[8] Janney NW, Isaacson I., VI The blood sugar in thyroid and other endocrine diseases: The significance of hypoglycemia and the delayed blood sugar curve. Arch Intern Med. 1918;22:160. doi:10.1001/archinte.1918.00090130036003

Crédit Photo:

Image par Luciana Lopez de Pixabay


Si cet article est utile, aidez votre famille, vos amis, vos collègues et partagez-le!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.