fbpx

Acide alpha lipoïque (ALA), quand et comment bien utiliser?

L’acide alpha-lipoïque est un antioxydant produit naturellement dans notre corps. Il est souvent utilisé comme complément en raison de ses propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. 

L’acide alpha-lipoïque est un composé naturel qui est fabriqué dans les mitochondries. Il se trouve à l’intérieur de chaque cellule où il aide à transformer le glucose en énergie. De nombreux professionnels de la santé utilisent l’acide alpha-lipoïque comme antioxydant, mais ses effets vont bien au-delà de ceux d’un antioxydant typique.

Par exemple, les patients diabétiques sont connus pour compléter leur régime médicamenteux avec de l’acide alpha-lipoïque en raison de sa capacité à combattre la neuropathie périphérique. Certains chercheurs pensent même qu’il pourrait également avoir des qualités neuroprotectrices dans le cerveau. 

Ce qui rend l’acide alpha lipoïque aussi précieux est sa solubilité universelle ! Contrairement aux vitamines, qui sont soit uniquement hydrosolubles (c’est-à-dire la vitamine C) soit liposolubles (c’est-à-dire la vitamine E), l’acide lipoïque est à la fois hydrosoluble et liposoluble, ce qui le rend largement disponible pour les cellules du corps.

Quels sont les avantages pour la santé de l’acide alpha-lipoïque ?

Avant de parler de la façon dont cela pourrait être bénéfique pour les personnes atteintes de maladies thyroïdiennes et auto-immunes, examinons certains de ces avantages en général :

Neuroinflammation et troubles cognitifs

Une complication courante de la septicémie est l’altération de certaines fonctions du système nerveux central. On pense que le cerveau est largement affecté par l’inflammation et le stress oxydant pendant la septicémie. En tant que tel, l’acide alpha-lipoïque a été administré à des rats induits par une septicémie pour voir s’il réduisait la réponse inflammatoire. Il a été démontré que les rats qui en étaient supplémentés réduisaient l’inflammation dans le cerveau et prévenaient les troubles cognitifs (1) .

L’une des façons dont il l’a fait était de réduire la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique. En d’autres termes, selon cette étude, l’acide alpha-lipoïque peut potentiellement aider ceux qui ont un « cerveau qui fuit ». Et quelques autres études confirment également que l’acide alpha-lipoïque peut réduire la perméabilité accrue de la barrière hémato-encéphalique.

Restauration de la barrière hématoencéphalique

La réparation de la barrière hématoencéphalique est un gros problème pour les femmes Hashimoto qui souffrent de brouillard mental. Les lymphocytes T Th17 jouent un rôle dans la thyroïdite de Hashimoto et ces cellules sécrètent une cytokine appelée IL-17, qui contribue à la rupture de la barrière hémato-encéphalique. Cela déclenche une cascade pro-inflammatoire qui entraîne une infiltration de macrophages et de monocytes dans le tissu cérébral exposé. L’une des thérapies ciblées discutées dans une étude était la supplémentation en acide alpha-lipoïque (2) .

Ainsi, selon cette étude, la présence de ces cytokines Th17 peut être un facteur contribuant au développement d’un «cerveau qui fuit». Et tandis que l’acide alpha-lipoïque peut aider à restaurer l’intégrité de la barrière hémato-encéphalique, l’article de journal mentionne également comment les probiotiques, la N-acétylcystéine et le resvératrol peuvent également jouer un rôle.

Lésion cérébrale traumatique

Des études de recherche sur des rats ont montré que l’acide alpha-lipoïque peut avoir des propriétés neuroprotectrices en cas de lésion cérébrale traumatique (3) . Suite à une lésion cérébrale traumatique, les tissus nerveux libèrent plusieurs cytokines pro-inflammatoires qui, lorsqu’elles ne sont pas contrôlées, prolifèrent les lésions cellulaires et tissulaires. Une augmentation de la teneur en eau du cerveau a également été notée, bien que l’acide lipoïque ait considérablement réduit les quantités de liquide dans le groupe expérimental. L’acide alpha-lipoïque offrait une protection contre les lésions cérébrales traumatiques en préservant la barrière hémato-encéphalique et en réduisant l’œdème cérébral grâce à ses propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes (3) .

Perte de poids 

Une méta-analyse d’essais contrôlés randomisés a montré qu’il y avait un effet de perte de poids à court terme faible mais significatif par rapport au placebo (4) . Une autre étude a administré de l’acide alpha-lipoïque en tant que supplément dans un essai randomisé contrôlé par placebo. Bien qu’il n’y ait eu qu’une légère perte de poids dans l’ensemble pour le groupe expérimental, elle était statistiquement significative par rapport à la perte de poids du groupe placebo (5).

Bref, ce peut donc être un soutient utile pour accompagner une perte de poids, même s’il ne peut bien-sûr se substituer à une stratégie globale cohérente avec les troubles dont vous souffrez à l’origine de la prise de poids.

Lésion pulmonaire aiguë

Une étude a observé les effets de l’acide lipoïque sur des rats qui avaient une lésion pulmonaire aiguë secondaire à une septicémie induite (6) . Il a été démontré que l’administration d’acide lipoïque diminue les cytokines pro-inflammatoires telles que le TNF-alpha, l’IL-6 et le NF-kappaB dans le tissu pulmonaire. L’activité antioxydante a également augmenté après l’administration d’acide lipoïque aux rats (6) . Certaines femmes Hashimoto qui ont eu le COVID et peine à récupérer leurs capacités pulmonaires pourraient se pencher sur le sujet. Il existe peut-être d’ailleurs des articles dédiés que je n’ai pas regardé. J’ai déjà suffisamment à faire avec la thyroïdite de Hashimoto !

Stress oxydatif induit par les mycotoxines

Une autre étude animale a induit une inflammation chez les poulets après avoir ingéré de l’alfatoxine, et l’acide lipoïque a réduit la libération de cytokines pro-inflammatoires et diminué le stress oxydatif (7) . Bien que, selon cette étude, l’acide alpha-lipoïque puisse potentiellement être utilisé pour réduire le stress oxydatif causé par l’ingestion de mycotoxines, cela ne veut pas dire que la prise d’acide alpha-lipoïque seul est la solution pour quelqu’un qui a une toxicité aux moisissures. Avoir une toxicité de moisissure associée au syndrome de réponse inflammatoire chronique (CIRS) est une des causes possibles de la maladie de Hashimoto…

Chélation des métaux lourds

La recherche montre que l’acide alpha-lipoïque est un chélateur efficace des métaux lourds, y compris le mercure et le plomb (8) (9) . En ce qui concerne la toxicité du plomb, l’acide alpha-lipoïque semble mieux fonctionner lorsqu’il est utilisé en combinaison avec un autre agent chélateur (9)  (10) . Cependant, il faut faire preuve de prudence si vous avez des amalgames dentaires au mercure, car il existe un risque potentiel de redistribution des métaux s’ils ne sont pas utilisés avec précaution (11) . Par conséquent, si vous avez des amalgames au mercure, il est sage de vous faire retirer les amalgames et de les remplacer par des substances moins nocives avant d’envisager de prendre de l’acide alpha-lipoïque, Les amalgames au mercure sont de toute façon une cause potentielle de votre auto-immunité…

Quel est le lien entre l’acide alpha-lipoïque et la santé thyroïdienne ?

Les personnes atteintes d’hypothyroïdie et de thyroïdite de Hashimoto qui prennent de la lévothyroxine devraient être prudentes quant à la prise d’alpha-lipoïque en même temps ou peu de temps après. Et la raison en est qu’il y avait une étude en 1991 qui a montré que l’acide alpha-lipoïque peut affecter la conversion de T4 en T3 dans le mauvais sens (12) . L’étude a montré que lorsque l’acide lipoïque était pris avec de la lévothyroxine pendant 9 jours, il réduit la conversion de T4 en T3 de 56 %. Cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas prendre d’acide alpha-lipoïque si vous prenez des médicaments à base d’hormones thyroïdiennes, mais juste pour être sûr, vous voudrez peut-être le prendre le soir si vous prenez votre médicament le matin.

Il existe une relation entre la thyroïdite de Hashimoto et la dysfonction endothéliale (13) . Le problème avec le dysfonctionnement endothélial est qu’il peut conduire à l’athérosclérose. Et une étude a examiné le lien entre les patients atteints d’hypothyroïdie subclinique et un type spécifique de dysfonctionnement endothélial associé à la maladie (14) . La bonne nouvelle est que les patients qui ont reçu de l’acide alpha-lipoïque ont amélioré leur fonctionnement endothélial. Les auteurs ont émis l’hypothèse que cet effet est en grande partie le résultat de la capacité de l’acide alpha-lipoïque à consommer des radicaux libres.

L’une des principales raisons pour lesquelles l’acide alpha-lipoïque peut grandement aider à réduire les radicaux libres et le stress oxydatif est qu’il augmente les niveaux de glutathion intracellulaire. La recherche montre qu’il augmente le glutathion intracellulaire dans les cellules T, les érythrocytes, les lymphocytes et les cellules gliales et de neuroblastome (15) . Les auteurs de cette étude expliquent comment l’acide lipoïque a réduit la cystine en cystéine, nécessaire à la synthèse du glutathion.

Bienfaits de l’acide alpha-lipoïque sur le système immunitaire

De nombreuses études démontrent comment l’alpha-lipoïque peut aider à lutter contre l’inflammation. L’activation du facteur nucléaire kappa B (NF-κB) est associée à la libération de cytokines pro-inflammatoires. Des études montrent que l’acide alpha-lipoïque peut aider à inhiber la voie de signalisation NF-kB (16) (17) . Une étude animale a montré que l’acide alpha-lipoïque peut aider à moduler l’inflammation intestinale en supprimant les neutrophiles, en préservant la production interne de glutathion et en inhibant les radicaux libres (18) .

Acide alpha-lipoïque et maladie oculaire thyroïdienne

L’acide alpha-lipoïque pourrait être bénéfique pour certaines personnes atteintes d’une maladie oculaire thyroïdienne . Ceci est basé sur une étude qui a examiné les effets de l’acide alpha-lipoïque sur la production d’espèces réactives de l’oxygène, l’inflammation et l’adipogenèse associée à l’ophtalmopathie de Graves (19) . L’étude a montré que l’acide alpha-lipoïque affaiblissait fortement la production des espèces réactives de l’oxygène et diminuait également les cytokines pro-inflammatoires telles que le facteur de nécrose tumorale alpha. Les auteurs ont conclu que l’acide alpha-lipoïque est un agent thérapeutique potentiel pour les maladies oculaires thyroïdiennes.

En plus d’aider les personnes atteintes de la thyroïdite de Hashimoto, l’acide alpha-lipoïque peut également être bénéfique pour les personnes atteintes d’autres maladies auto-immunes. Dans l’encéphalomyélite auto-immune, qui est liée à la progression de la maladie de la sclérose en plaques, il a été démontré que l’acide alpha-lipoïque réduit la réaction auto-immune. En tant que tel, il a été considéré comme un traitement potentiel pour la sclérose en plaques (20) .

En fait, une autre étude confirme les avantages de l’acide alpha-lipoïque sur les patients atteints de sclérose en plaques. Dans un essai clinique randomisé en double aveugle, contrôlé par placebo, les patients ont été soumis à un régime pendant 12 semaines d’un placebo ou d’un supplément d’acide alpha-lipoïque. Des échantillons de sang à jeun après l’essai ont confirmé que la dose de 1 200 mg d’acide alpha-lipoïque atténuait les effets inflammatoires négatifs de plusieurs cytokines pro-inflammatoires différentes (21) . C’est donc un autre exemple de la façon dont l’acide alpha-lipoïque peut aider à réduire l’inflammation.

Il a également été démontré que l’acide lipoïque a des effets positifs sur la sclérose en plaques progressive secondaire. Un essai randomisé en double aveugle de 2 ans a observé que les patients prenant de l’acide lipoïque présentaient une réduction de 68% du pourcentage de changement du volume cérébral (PCBV). Bien que le groupe prenant l’acide lipoïque ait signalé plus de troubles gastro-intestinaux que le groupe placebo, le premier a signalé moins de chutes au cours de la période de deux ans (22) .

L’acide alpha-lipoïque a également été utilisé pour voir s’il produit une neuroprotection dans la névrite optique auto-immune. Bien qu’il s’agisse d’une étude animale réalisée sur des rats, les résultats démontrent une fois de plus les effets anti-inflammatoires de l’acide alpha-lipoïque dans l’encéphalomyélite auto-immune. Chez les souris qui en ont été traitées, les cellules CD4+ et CD11b+ (types de lymphocytes T avec des marqueurs de surface cellulaire spécifiques) ont considérablement diminué (23) .

Une autre étude animale a démontré des résultats similaires concernant les effets de l’acide alpha-lipoïque. L’étude visait à déterminer comment elle affectait les lésions rénales aiguës septiques in vitro. L’insuffisance rénale aiguë septique se présente souvent avec une production systémique de cytokines pro-inflammatoires. Les cellules qui ont été traitées avec de l’acide alpha-lipoïque ont montré qu’il affectait la réponse inflammatoire par ce que les chercheurs croyaient être la voie NF-κB (24) .

Combinez l’acide lipoïque avec l’exercice pour des avantages optimaux

Une étude animale a montré que la combinaison de l’acide alpha-lipoïque avec des exercices d’endurance améliorait la résistance à l’insuline plus que l’une ou l’autre intervention seule (25) . Il reste à savoir si cette combinaison peut être bénéfique pour les humains souffrant de résistance à l’insuline et de diabète, même si je suppose que cela aurait un effet similaire.

Posologie suggérée d’acide alpha-lipoïque

Le dosage de l’acide alpha-lipoïque dépend beaucoup de votre cas et des raisons pour lesquelles vous en avez besoin. Par exemple, une dose typique pour la neuropathie diabétique est de 600 mg par jour, bien que des doses parfois plus élevées soient indiquées. Si quelqu’un n’a pas de neuropathie diabétique mais souffre de résistance à l’insuline, 300 mg est une dose couramment utilisée dans les études. Pour une utilisation antioxydante, 50 à 300 mg par jour sont couramment utilisés, bien que des doses plus élevées puissent être bénéfiques pour les affections inflammatoires graves. Pour de nombreuses autres conditions, la plupart des études qui ont examiné les doses d’acide lipoïque ont montré que la valeur thérapeutique peut être trouvée dans des doses quotidiennes allant de 100 à 300 mg par jour.

Précautions et contre-indications

Grossesse

Quelques sources mentionnent que l’acide alpha-lipoïque doit être évité chez les femmes enceintes ou qui allaitent, mais la cause est plus une absence de données qu’une preuve d’effet néfaste. J’ai trouvé une étude menée sur des femmes enceintes qui prenaient de l’acide alpha-lipoïque qui cherchait à examiner l’efficacité et l’innocuité de la supplémentation en acide alpha-lipoïque dans le traitement de la douleur neuropathique pendant la grossesse (26) . Bien que le résultat de cette étude ait été positif, l’auteur de l’étude a admis qu’au moment de faire cette étude, il n’y avait pas d’études cliniques disponibles qui montraient l’innocuité de l’acide alpha-lipoïque chez les femmes enceintes.

La justification de l’auteur derrière la réalisation de cette étude était qu’il existe des études animales qui ont montré que non seulement l’acide alpha-lipoïque peut être pris sans danger pendant la grossesse, mais qu’il a également un effet protecteur sur le fœtus chez les mères diabétiques, alcooliques ou qui sont exposés à des toxines environnementales (27) (28).

Interaction médicamenteuses

Pour les patients diabétiques, puisqu’il a été démontré que l’acide lipoïque diminue la glycémie, une surveillance attentive de la glycémie est nécessaire pour garantir la sécurité. Certaines sources affirment que l’acide lipoïque peut également interagir avec certains médicaments de chimiothérapie, bien qu’il existe également des études qui montrent que la supplémentation en acide alpha-lipoïque peut prévenir la neuropathie périphérique induite par la chimiothérapie (29).

Comme indiqué plus haut, l’acide alpha-lipoïque réduit fortement la conversion T4 -> T3 en cas de supplémentation en T4 uniquement.

Sécurité à long terme de l’acide alpha-lipoïque

Une étude animale de deux ans a été créée afin de tester l’innocuité de la supplémentation en acide lipoïque chez l’homme. Il a observé qu’il n’y avait pas de signification statistique entre les groupes expérimentaux et témoins dans la consommation alimentaire et la chimie du sang et les analyses histologiques. Cependant, dans les groupes à forte dose, une différence significative dans la perte de poids a été notée, où le groupe traité avait un poids corporel et des organes globalement inférieur (30) . Quelques essais cliniques ont utilisé des suppléments d’acide alpha-lipoïque jusqu’à 2 400 mg/jour sans effets indésirables rapportés par rapport à un placebo. De plus, des doses orales de 1 800 mg/jour pendant six mois n’ont pas causé d’effets indésirables importants (30) . Mais il n’y a pas grand intérêt à la consommer jusqu’à cette dose !

Quels compléments alimentaires choisir ?

Sources alimentaires d’acide alpha-lipoïque

L’acide alpha-lipoïque est fabriqué dans notre corps, mais il est également présent dans certains aliments: les betteraves, le brocoli , les choux de Bruxelles, les asperges, les betteraves, les carottes, la viande rouge et les abats (32) .

Donc si ces aliments font partie de ceux que vous pouvez consommer fréquemment, il est préférable de rechercher ce précieux acide via l’alimentation !

Si vous ne pouvez pas consommer les aliments ci-dessus pour d’autres raisons, alors une supplémentation peut être envisagée. Par exemple chez les Hashimoto, certaines ont un microbiote qui fabrique du TMA à partir de la carnitine présente dans les viandes rouges. La TMA est un précurseur de la TMAO qui est à l’origine du syndrôme métabolique et de problèmes cardio-vasculaires.

Pour d’autres personnes, ce sont les brocoli et choux de Bruxelles qui doivent être évités en raison du glucosinate qui n’est pas suffisament dégradé par le microbiote. Dans leur cas, ces aliments empêchent l’assimilation des nutriments.

D’autres doivent limiter la quantité de betterave car elle génère des pics glycémique avec son index glycémique élevé.

Quelle est la différence entre l’acide alpha-lipoïque et l’acide R-lipoïque ?

L’acide alpha-lipoïque contient un mélange des configurations R et S de la molécule d’acide lipoïque. Les configurations R sont considérées comme la configuration naturelle, car on la trouve naturellement dans les plantes et les animaux, et c’est la forme qui est produite par notre corps. Donc, pour résumer, la plupart des suppléments d’acide alpha-lipoïque incluent à la fois les formes R et S, et de nombreuses études ont démontré les avantages thérapeutiques de cette forme. Cependant, certains suggèrent que l’acide R-lipoïque (R-LA) pourrait être la forme la plus appropriée à fournir en tant que suppléments oraux, bien qu’il existe également la possibilité que l’acide S-lipoïque puisse empêcher la polymérisation du R-LA et ainsi améliorer la biodisponibilité globale. (31) .

Toute personne atteinte d’une maladie thyroïdienne auto-immune devrait-elle prendre de l’acide alpha-lipoïque ?

Bien que l’acide alpha-lipoïque puisse bénéficier à de nombreuses personnes atteintes de la thyroïdite de Hashimoto, cela ne signifie pas que tout le monde doit prendre de l’acide alpha-lipoïque. 

En premier lieu, si vous prenez de l’acide alpha-lipoïque, vous devez bien sûr toujours trouver et traiter la cause sous-jacente de votre état. En d’autres termes, trouver et supprimer le déclencheur est l’une des principales clés pour inverser le processus auto-immun, et bien que la prise d’acide alpha-lipoïque puisse aider au processus inflammatoire, le prendre seul ne suffira probablement pas (voire peut être pire, cf. cas des amalgames dentaires au mercure…).

En résumé, l’acide alpha-lipoïque est fréquemment pris en raison de ses propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires, bien qu’il présente de nombreux autres avantages pour la santé. L’acide alpha-lipoïque semble diminuer la conversion de T4 en T3, et vous voulez donc l’éloigner des médicaments aux hormones thyroïdiennes. Un certain nombre d’études différentes montrent comment l’acide alpha-lipoïque peut réduire l’inflammation en inhibant le NF-kB, et c’est ainsi qu’il peut aider les personnes atteintes d’une maladie oculaire thyroïdienne. Dans l’ensemble, l’acide alpha-lipoïque semble être sans danger, même lorsqu’il est pris sur de longues périodes, bien que les femmes enceintes ou qui allaitent devraient consulter un professionnel de la santé avant de le prendre. La plupart des suppléments d’acide alpha-lipoïque comprennent à la fois les formes R et S, bien que l’acide R-lipoïque étant la configuration naturelle, certains suggèrent que cela pourrait être la meilleure forme à prendre.

D’autres sources intéressantes

  1. https://www.frontiersin.org/articles/0.3389/fphar.20.00069/full
  2. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC273427/
  3. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC59606/
  4. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22374556/
  5. http://www.njmonline.nl/getpdf.php?id=9
  6. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC322300/
  7. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5989440/
  8. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28629898/
  9. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/334300/
  10. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2925278/
  11. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/04064/
  12. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28789/
  13. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/2897680/.